Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Prier    >    Méditations pour le temps de Carême    >    Méditation pour le premier dimanche de Carême 2016 (14 février)
Actualités de l'ACAT
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Novembre 2018 (mois des JNP)

Bien chers tous,

Le SAMEDI 1er DÉCEMBRE 2018 se tiendra une Journée d’étude de l’ACAT-Belgique en collaboration avec les Journées Nationales de la Prison, à l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Ce colloque ou séminaire « Les Droits de l’Homme : hier, aujourd’hui. Demain ? » rassemblera Natacha Kazatchkine, (analyste politique à l’Open Society European Policy Institute), Vincent Spronck (directeur de la prison de Forest), Éric de Beukelaer, (prêtre catholique et juriste), Valérie Zézé (ancienne détenue co-auteure de la BD « La ballade des dangereuses »), ainsi que M. Lionel Grassy, de la FIACAT et de l’asbl « La balle aux prisonniers. Le soutien et la participation du journaliste à La Libre Belgique et sociologue Christian Laporte reste à confirmer.

En cliquant ici, vous verrez apparaître notre affichette mentionnant tous les détails de cette journée. - oui le format PDF doit être modifié car difficilement lisible-

Pour ce mois de novembre, seules deux actions sont au programme. Toutefois, avec les manifestations relatives aux JNP, l’anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), et les diverses conférences à l’affiche que sa commémoration appelle, à l’ACAT, nous avons soudain fort à faire. Pour les semaines à venir, nous vous laissons « piocher » dans notre Agenda et vous encourageons à participer à nos actions.
Comme toujours nous sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et souhaitons vivement la participation du plus grand nombre.

En passant, nous vous informons que fin octobre, notre ACAT Belgique s’est jointe à la position commune, à l’appel du GC4HR · @GulfCentre4HR. مركز الخليج لحقوق الأنسان (Gulf Centre for Human Rights, membre du réseau FIDH Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme entre autres).

Basée au Liban et cofondée par Abdulhadi Al-Khawaja et Nabeel Rajab, l’organisation se bat pour la liberté d’expression et la défense des droits de l’homme. Le communiqué commun dénonce les agissements de l’Arabie Saoudite à l’encontre des journalistes, des cyber-activistes, notamment les détention arbitraires, l’oppression si répandue et cruelle des femmes, l’écrasement du Yémen et de ses civils, les condamnations à mort … le meurtre hallucinant du journaliste Kashoggi à Istanbul, enfin.

Cette position soutient la résolution de l’ONU demandant l’exclusion de l’Arabie Saoudite du Conseil des droits de l’homme de l’ONU et exige des enquêtes.

La barbarie, un nom commun qui revenait souvent dans la bouche de notre cher Jacques Pardonge, quand nous étions réunis.

Pour combattre la barbarie donc, qui semble revenir en force, et ériger au contraire la DUDH en « colonne » -pardon je ne sais si l’expression est heureuse- du Christ et de l’humanité, restons en éveil !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme !

Notre programme de nos célébrations pour marquer les 70 années d’existence de la Déclaration universelle des droits de l’homme ( née en 1948).

SAMEDI 1 er DÉCEMBRE 2018
Journée d’étude de l’ACAT-Belgique –
www.acat.be,
en collaboration avec les Journées Nationales de la Prison – www.jnp-ndg.be,
à l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme ,

In het kader van 70 jaar Universele Verklaring van Rechten van de Mens, 2 panels over het thema « vrijheden in het gevangenis als maatschappelijke uitdaging »

La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Octobre 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Vous trouverez aujourd’hui, 1er Octobre, notre newsletter mensuelle.

Notre ACAT Info de l’automne, qui regorge, lui, de renseignements, devrait être bientôt expédié et consultable en ligne.

Il y a ce mois-ci 3 actions, vous êtes libres de souscrire aux trois courriers ou de n’en garder qu’un ou deux, comme habituellement. Simplement, vu que nous avons un peu baguenaudé pendant les vacances, et que les informations ou communications fournies par la FIACAT et les autres ONG restent, à ce jour, parcimonieuses, nous avons adjoint aux appels une action épistolaire supplémentaire basée sur celles proposées via les réseaux sociaux par Amnesty, que nous devons soutenir.

Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.

En Union dans la prière !

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT

Nouvel article N° 289
La lettre de l’ACAT – actualités, action et prière Juillet 2018

Chers adhérents et sympathisants,

Nous espérons que cette lettre différée vous rejoint dans la douceur de l’été et qu’elle est la bienvenue.
Par la présente nous vous signalons surtout le placement, suivant la demande expresse de plusieurs d’entre vous, d’une pétition destinée à faire libérer M. Rukuki. De Bujumbura et Germain, diverses nouvelles nous sont parvenues (voir Appel Urgent de l’ACAT France et le communiqué de la FIACAT).
Comme toujours, vous êtes encouragés à nous faire part de vos remarques et nous sommes à votre disposition.
Nous vous signalons par ailleurs que les Appels ne paraitrons pas ce premier août, mais dans la seconde partie du mois (faute de « main d’œuvre disponible »). En revanche nous vous signalons notre « Appel à témoins » –dans la rubrique Actualités nationales- et vous assurons qu’il y aura toujours quelqu’un pour répondre à votre requête, même avec un certain délai.

Unis dans la prière !
Bel été

Cécile Auriol, au nom du conseil d’administration de l’ACAT
(Pour ouvrir un lien hypertexte, il convient de cliquer sur le texte en gras, bleu ou mauve)

Sur notre page Facebook
Méditation pour le premier dimanche de Carême 2016 (14 février)

Premier dimanche de Carême 14 février 2015

Deutéronome 26 : 4-10
Romains 10 : 8-13
Luc 4 : 1-13

PNG - 302.2 ko
Illustration : Les pierres de l’artiste syrien Nizar Ali Badr, sur son pays …

Christ jeûne dans le désert. Il est seul face à lui-même et quand le temps est écoulé, naturellement la faim s’installe car il est un homme. Mais il décline la proposition mégalomane du Tentateur qui le houspille de transformer les pierres en pain. L’homme ne vit pas seulement de pain. Christ annonce sans équivoque que notre existence ne dépend pas seulement de nourritures terrestres destinées à satisfaire des besoins et désirs déterminés par les contingences matérielles et humaines. Il refuse de se soumettre /se prosterner devant Satan car il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte. »
En cela c’est un homme libre qui rejette toute idée de soumission et de corruption. Il va plus loin dans la résistance en refusant de se laisser porter par les anges et de contempler les Royaumes terrestres. Il ne répugne pas au contraire à ce que son pied heurte une pierre, jusqu’à l’heure fixée. Il pressent sa passion inexorable et accepte sa condition humaine.
La foi et la sagesse de Christ, au lieu de se corrompre, grandissent dans le désert, l’adversité, par ce combat contre la facilité et l’orgueil.

L’épitre de Paul peut représenter la réponse de ce temps d’ascèse : « Tout près de toi est la Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur.
En effet, si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur, si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé.  Car c’est avec le cœur que l’on croit pour devenir juste, c’est avec la bouche que l’on affirme sa foi pour parvenir au salut. »
Saint Paul nous invite à mettre en pratique une justice intuitive du bien, à activer notre intelligence du cœur, qui n’est ni niaise ni évidente, puisqu’elle est le résultat d’une longue lutte intérieure (40 jours !). Cette justice du cœur, c’est de nous ouvrir à l’Autre, en nous montrant compréhensifs et solidaires envers tous nos frères , Juifs ou païens car tous ont le même Seigneur, généreux envers tous ceux qui l’invoquent. Une telle justice est universelle, première, et ne connaît pas les clivages institués par les sociétés et lois humaines.
La Clé se trouve dans la Foi, qui contient la justice de Dieu éternelle, non pas dans des préceptes établis par les hommes, qui sont limités par nature. Nous le constatons bien aujourd’hui avec les déficiences en matière de politique économico-sociale et migratoire, par exemple.

Le récit du deutéronome (26 : 4-10) advient dans une dimension libérée de toute misère, peine ou oppression. Comment ne pas voir dans ce pays ruisselant de bontés la destination finale de l’humanité en marche ? Ce Royaume où règnent désormais la paix, la justice sociale et la démocratie, est à la portée de tous : Juifs, Musulmans (qui n’existaient pas à l’époque du Christ) et païens, car tous ont le même Seigneur, généreux envers tous ceux qui l’invoquent.

Comment ne pas voir dans cette sortie « d’Égypte, à main forte et à bras étendu, par des actions terrifiantes, des signes et des prodiges », une allégorie intemporelle du monde profondément instable et inégalitaire qui est le nôtre, et en particulier du drame humain actuel qui se joue en Syrie (tout près de l’Egypte), dont le peuple opprimé, est, comme il y a 3000 ans jeté sur les routes. Ce texte envoie un message d’espérance, dont l’écho retentit par delà les siècles. Ce message est entendu par le Seigneur, qui offrira à son peuple ce pays, … ruisselant de lait et de miel, en d’autres termes la Résurrection promise.
Ils revivent la passion de Jésus, sous nos yeux, ne les abandonnons pas à leur humanité fragile. Nous ne pouvons demeurer les droits ballants au bord de la route. Nous voulons, nous devons les accompagner, les soutenir toujours, parce-que c’est là le cri irrépressible de notre cœur.
Seule la Foi peut nous aider à enclencher un bouleversement profond, nécessaire pour libérer ces millions d’êtres meurtris en marche, et enraciner les germes des « valeurs indivisibles et universelles de dignité humaine, de liberté …et de solidarité ». Seulement alors nous serons dignes de dire : 
 « Et maintenant voici que j’apporte les prémices des fruits du sol que tu m’as donné, Seigneur. »

  Imprimer

Documents joints